Acheter un billet de train

J’ai besoin d’acheter 3 billets de trains grandes lignes en Train à Grande Vitesse. J’étais accompagné ce jour-là d’une copine qui désirait acheter un pass Navigo1.

Après un échec aux Halles, il n’y a plus ni boutique de la Compagnie des Chemins de Fer ni de boutique de la Régie Autonome des Transports Parisiens.

Nous décidâmes de nous rendre dans une gare de la Compagnie des Chemins de Fer qui dispose également d’un comptoir Navigo.

Plantons le décor

Nous nous dirigeons, pour commencer, vers la zone d’achat des billets grandes lignes. Ici se trouve une foule nombreuse qui fait la queue et un panonceau nous indique :

« Compte-tenu de l’affluence, les achats et echanges pour un voyage un autre jour se feront uniquement :

  • sur rendez-vous
  • ou en borne libre-service (paiement par carte bancaire) »

<img src=“/assets/images/sncf/IMG_20190821_182902-small.jpg” caption=“Compte-tenu de l’affluence, les achats et echanges pour **un voyage un autre jour se feront uniquement :

  • sur rendez-vous
  • ou en borne libre-service (paiement par carte bancaire)“>

Seulement voilà, j’ai un joker doublé d’un carré d’as, je suis PMR, confortablement assis dans mon fauteuil roulant, j’ai donc priorité, d’autant que cet espace de vente dispose de guichets et de personnels formés pour l’accueil des PMR2.

Une affiche placardée sur les parois en verre de cet espace stipule :

« Emprunter la file prioritaire à droite de l’entrée de l’espace de vente, dans les cas suivants :

  • Paiement par carte bancaire
  • Personne en situation de handicap
  • Accès Express
  • Vous avez rendez-vous »

Combo je paie en carte bancaire ET je suis en situation de handicap.

Le drame

La file d’attente je l’ai dit est longue, très longue. La préposée au tri des personnes admises dans la file d’attente me demande si j’ai un rendez-vous. Non je j’ai pas de rendez-vous, je viens dans une gare acheter des billets de trains3 et bénéficier du « Service plus » Pour cela il est nécessaire d’acheter les billets en gare. Cela permet de planifier correctement les arrivées et départs des personnes concernées.

J’indique à la préposée que je viens acheter des billets de trains avec le « Service Plus ». Et cette dernière une demande si j’ai une carte. Oui, bien sûr que j’ai une carte, mais une jambe coupée ne vaut-elle pas plus qu’une carte de l’administration ?

Intraitable, elle ne me laissera pas passer.

La colère

Je suis soupe au lait… Et j’éclate… « Ne vous inquiétez pas pour moi, je ferais 800 km en voiture. La SNCF c’est à vous de nous faire préférez la bagnole. Vous êtes une bande bouffons, de guignols. On marche sur la tête ce qui m’arrange plutôt parce que sur les jambes, j’ai un HANDICAP ».

Cette dernière phrase fait sourire un monsieur qui semblait trouver lui aussi ce c’était un peu fort de café, mais qui lui était (et c’est tant mieux) du bon côté du cordon rouge.

La Régie Autonome des Transports Parisiens

Bon, je n’aurais pas mes billets de trains et comme disais Popek « La gare Montparnasse à perdu un client ».

Nous nous dirigeons alors vers le niveau zéro de la sus-dite gare pour trouver, avec un poil de difficulté, l’espace de vente Navigo. Nous arrivons devant une porte vitrée, close, l’ouverture se faisant à distance.

La préposée est occupée par un client et nous fait signe que c’est fermé. En effet une affichette nous précise :

« INFORMATION Votre agence ouvrira de 9h15 à 17h15

Fermeture le midi de 12h15 à 13h15

Merci de votre compréhension »

Il est alors à nos montres, téléphones et pendule du local de vente 17h13.

Sur notre insistance, la personne se lève et nous dit abruptement que « C’est fermé j’ai un train à prendre… »

Pourtant une autre affiche indique les horaires d’affluence et les horaires d’ouvertures, le mercredi jusqu’à 20h30.

Qui croire ?

Je peux très bien comprendre que sa journée de travail est terminée (7 heures de taf tout de même), dans un bureau glauque sans voir la lumière du jour. Je comprends très bien que prendre un nouveau client à 17h13 va la mettre en retard pour prendre son train… Ce que je ne comprends pas c’est la sécheresse de la réponse.

Nous n’aurions pas été en colère si elle nous avait dit quelque chose comme « Je suis désolé, je suis obligé de fermer plus tôt que d’habitude, mais vous pouvez essayer à la gare de Trifouilli-les-oies qui ferme plus tard. Bonne chance, encore désolée »

Je me mets donc à vociférer (si si, comme un gros con que je suis), les traitants à nouveau de guignols, d’incapables, espèrant qu’iels ne conduisent pas les trains eulles mêmes…

Conclusion

Pour acheter un billet de train que vous devez OBLIGATOIREMENT acheter en gare, ne vous rendez pas en gare, vous ferez choux blanc. Privilégier les bus polluant, votre voiture polluante, le stop (avec le fauteuil roulant ça va être folklo…), ou tout autre moins de transport. L’avion par exemple. Mais le train, oubliez, la Compagnie des Chemins de Fer ne sait plus faire.4

C’est inoui non ?

La suite…

Ce jour, je me suis rendu dans une autre gare (plus proche de chez moi et en autobus), dans laquelle j’ai souvenir d’avoir été très reçu la dernière fois.

Il arriva ce qu’il devait arriver, la porte où vivait le bel animal était, celle-là, close. On avait dû la fermer bien.

« Madame, Monsieur,

LE JEUDI 22 AOUT ainsi que le LE VENDREDI 23 AOUT 2019 VOTRE ESPACE DE VENTE SNCF B.F.M. SERA FERMé … »

Quelle guigne, c’est la poisse, je dois avoir pour ami un chat noir notoire…

Solution de rechange une nouvelle fois

Les stations Bibliothèque François Mitterand et Centre Commercial Gare de Lyon sont reliées par la seule ligne de métropolitain qui me soit accesible, la ligne automagique 14.

Je sors un ticket de métro et m’engoufre dans la saucisse automatique pour atteindre ma lointaine destination.

Après avoir traversé toute la salle des pas perdus (Quelle architecture !), je trouve l’espace de vente Grande Ligne.

Immédiatement, je suis pris en charge par une hotesse d’accueil qui s’enquière de ce que je désire et trouve parmi ces collègues derrière les guichets celui ou celle qui pourra s’occuper de moi.

Les personnes devant moi sont aussi handicapés, problème de surdité. La personne au guichet bien que ne signant pas, prend le temps nécessaire pour expliquer clairement ce qu’elle fait, les billets, note dessus l’aller et le retour.

Viens mon tour et je prends sans difficulté le premier billet que je suis venu chercher pour moi et mon accompagnatrice avec le service « access plus ».

Et puis vain le moment de bravoure. Je dois prendre le billet d’une autre personne qui ne part pas de la même ville et pour le trajet de laquelle je n’ai que les numéros de train souhaités.

La préposée trouve les trains en questions et fait un rapide calcul. En prenant la carte de réduc « Week-End », on gagne encore 16€ sur le prix du voyage. Seulement il me faut la date de naissance de la personne pour qui je prend le billet.

Je retourne tout internet, fouille dans les cryptes de Lycos et fini par trouver le numéro de téléphone de cette personne (20 bonnes minutes au total).

Je prends billets, carte de réduc et tout ce qui s’essuie. Et j’apprend que la préposée est en pause depuis… 30 minutes.

Deuxième conclusion

  • « La gare de Lyon, elle gagnée un client »
  • « La vie, c’est comme une boîte de chocolat, tu ne ne sais jamais sur quoi tu vas tomber »
  • « Non mais y connais pas Raoul ce mec… »

  1. Pour mes lecteurs provinciaux ou étranger, le pass Navigo est le remplaçant de la bonne vieille carte orange. Il existe plusieurs formules dont une, annuelle, qui permet de ne pas faire la queue aux guichets en fin/début de mois. [return]
  2. Personne à Mobilité Réduite [return]
  3. Les PMR ont droit, gratuitement, au « Access Plus », qui les prends en charge pour les amener au train, les installer aux places réservées et s’assurer que tout est en ordre. Ce service marche TRÈS BIEN et les personnels qui en sont chargés sont TOUTES et TOUS d’une gentillesse et d’un calme a toute épreuve. [return]
  4. Je n’en veux aucunement aux persones eulles mêmes, mais au système qui les broyent comme ils nous broyent toutes et tous. Iels ne font qu’obéïre aux consignes stupides de leurs hierarchies et à cette nouvelle mode qui fait des gares des centres commerciaux ou l’on préfère vendre des capsules de café plutôt que des billets de train. Si Guillaume me lit, je suis prêt à discuter avec lui de cette stratégie. [return]